Borders & Walls

Depuis la genèse l’humanité, l’homme construit des murs. Nous sommes des bâtisseurs dans l’âme !

Il y a quelques décennies s’est peu à peu imposée l’idée de globalisation.

La mondialisation avait été pensée comme une ouverture, un grandiose espace de circulation dans une immensité culturelle, toute une planète comme aire de jeu et d’échanges. Malgré nos différences, chacun deve- nait encore plus clairement pierredu grand édifice, et nos confettisde vie se réunissaient dans une grande fête planétaire.

Mais la mondialisation rime surtout avec une obsession toujours croissante de délimitation des territoires et de construction de murs. De sable, de béton, de barbelés, électrifiés, surveillés, adoucis par des oeuvres d’artistes, tagués de slogan pacifistes ou haineux ou élégamment discrets autour des résidences sécurisées, ces remparts à l’ouverture, à l’altérité, à la tolérance sont autant d’obstacles à l’apaisement de l’humanité.

Que faire de cet enfermement progressif, de ce morcellement toujours plus grand de nos espaces physiques mais encore plus de nos espaces mentaux. Comment rencontrer l’autre si nous érigeons toujours plus de barrières.

Pour cette nouvelle pièce, je laisse à Coline Vergez le soin de créer une scénographie évolutive, réduisant nos espaces chorégraphiques, imposant des obstacles à la danse et proposant des sup- ports de projection.

Je cherche actuellement le/la vidéaste/infographiste qui habillera nos murs pour décliner les atmosphères.

Enfin je cherche des interprètes décloisant le mouvement en recherchant la pluridisciplinarité entre danse, hip hop et cirque.

Je veux avant tout un plateau de diversité dans les corps, les couleurs de peaux, les émotions et les énergies.